Flight Simulator x Hotas One : le combo des cieux

Flight Simulator x Hotas One : le combo des cieux

22 vues
0

Cet été, la Xbox a accueilli l’un de plus grands jeux (en tous points) de son histoire et l’une des plus grosses prouesses technologiques de l’industrie, à savoir Flight Simulator. Habituellement réservé à la communauté master race aux PC tout aussi énormes les uns que les autres, les frenchies d’Asobo Studios ont réussi l’exploit de porter le légendaire simulateur d’avion sur Xbox Series X et S. Et après des heures de vol, des dizaines d’avions crashés mais tout autant d’atterrissages réussis, autant le dire tout de suite : l’expérience est exceptionnelle avec un gros détails en plus : le joystick Hotas One.

A la manette, le gameplay est parfaitement adapté contre toute attente mais pour une expérience des plus réalistes, Asobo a pensé à tout en ajoutant la compatibilité du stick Hotas One, pensé à l’origine pour Ace Combat 7. Si en l’état, le mapping souffre de quelques petits soucis (boutons inutilisés et manque de cohérence sur certaines interactions), dans l’ensemble le tout est bien gérer et ajoute au titre une saveur unique en son genre. Gérer les gaz avec la manette, apprendre à maîtriser sa stabilisation avec le levier ou encore les virages : c’est tout bonnement jouissif. De plus, chaque avion ayant son propre gameplay, l’Hotas One ne se gère pas de la même manière si on conduit un boeing ou un ULM. Au final, le jeu s’avère bien plus exigeant au stick qu’à la manette mais vous offre un réalisme à nul autre pareil.

Sur Xbox Series S, le jeu en devient étonnant tant il ne souffre pas d’un downgrade conséquent au niveau réalisme. Evidemment il n’est pas à la hauteur de la version Series X et n’arrive pas à la cheville d’un PC mais globalement : c’est une vraie prouesse. Le clipping est peu présent, la distance d’affichage correcte et les différentes world updates rendent vos explorations prenantes et visuellement somptueuses. Qu’il s’agisse d’aller voir le Mont Fuji de jour ou les beaux quartiers de Paris la nuit, on en prends plein les yeux. Cependant, pour bénéficier d’un rendu cohérent, la fibre est exigée quand on sait que la prouesse technique est en partie due à la technologie mise en place par Microsoft et Asobo, permettant un affichage des données en temps réel en passant par le flux internet.

Vous l’avez compris, pour Breaking Game, Flight Simulator a été incontestablement LE jeu de l’été. Que l’on soit possesseur d’une Series X ou S, passer à côté du plus célèbre des simulateurs d’avion serait un gâchis. Après, on peut ne pas aimer le concept car il faut se le dire : ce n’est pas un jeu comme les autres. Pas de missions, pas d’objectifs donnés : c’est vous et votre avion dans les airs. Et ça, c’est une bouffée d’air fraîche, au sens littéral du terme.

About author
Sylar

Sylar

Sylar, 28 ans et fondateur de BreakingGame. J'écris sur la toile depuis ma jeunesse et je suis évidemment passionné de jeux vidéo. J'aime les œuvres poétiques, conceptuelles qui me permettent de voyager et de m'évader. A l'exception des jeux de stratégie, j'arrive à m'amuser sur tout ce qui se passe.

Your email address will not be published. Required fields are marked *