Le jeu indé de la semaine : Cuphead

Le jeu indé de la semaine : Cuphead

27 vues
0

Il y a des jeux qui marquent à eux seuls l’industrie. Pour de bonnes ou mauvaises raisons, certains entrent automatiquement dans l’histoire et notre jeu indé de la semaine en fait partie : Cuphead. Sorti à l’origine en 2017 uniquement sur PC et Xbox, son succès l’a poussé à se démocratiser malgré son concept difficile et à débarquer au final sur toutes les consoles. On se souvient tous à l’E3 2017 lorsque les premières images sont diffusées du côté de chez Microsoft avec une patte artistique hors du commun inspirée des chefs d’oeuvre d’animation des années 70.

Mais concrètement, Cuphead c’est quoi ? Il s’agit d’un jeu au concept très particulier puisque c’est un shoot’em’up, beath them all mais également un run and boss. Partagé entre ces trois styles de gameplay, le jeu a fait énormément parler de lui à sa sortie notamment à cause de sa difficulté qu’il emprunte sans gênes aux cadors du genre. Malgré son esthétique mignonne avec ses personnages attachants tout droits sortis d’un vieux Disney : il n’en est rien. Cuphead est terriblement difficile et exigeant et s’avère à la limite du die and retry. Ca tire de partout, ça explose, les ennemis apparaissent par dizaines et le titre ne vous laisse absolument aucun répit durant la dizaine d’heures qu’il vous faudra pour en venir à bout.

Réservé à certains initiés, Cuphead est une expérience qui se mérite. Pour profiter de sa réalisation époustouflante et de sa bande-son entraînante, il faut s’accrocher et surtout dégainer son skill comme jamais, que ça soit en solo ou en multi. Rares sont les jeux qui proposent une expérience aussi rafraîchissante dans l’univers du jeu vidéo. A l’heure actuelle, aucun jeu n’a réussi à proposer une ambiance telle que celle de l’oeuvre du studio MDHR qui rend parfaitement hommages au cinéma d’animation sans pour autant le copier vulgairement.

About author
Sylar

Sylar

Sylar, 28 ans et fondateur de BreakingGame. J'écris sur la toile depuis ma jeunesse et je suis évidemment passionné de jeux vidéo. J'aime les œuvres poétiques, conceptuelles qui me permettent de voyager et de m'évader. A l'exception des jeux de stratégie, j'arrive à m'amuser sur tout ce qui se passe.

Your email address will not be published. Required fields are marked *