Test New Pokémon Snap (Switch)

Test New Pokémon Snap (Switch)

47 vues
0

Au risque de vous filer un véritable coup de vieux, cela fait 22 ans qu’est sorti Pokémon Snap sur Nintendo 64. Ce fameux jeu de safari/photo qui nous permettait à l’époque d’immortaliser en image nos Pokémon préférés dans des environnements en 3D via un jeu sur rail. C’est donc le 30 avril 2021 qu’est sorti le nouvel épisode de la série : New Pokémon Snap sur Switch. Reprenant le même principe que son aîné, celui-ci propose de prendre en photos pas moins de 214 Pokémon dans des décors divers et variés. Mais alors, la magie de l’époque opère t-elle toujours autant ?

Pas d’aventure pour les photographes !

Comme tout jeu estampillé Pokémon, vous y incarnez un garçon ou une fille au design et à l’identité de votre choix. Celui-ci n’a malheureusement pas la chance de ses amis et n’est pas destiné à avoir un Pokémon de départ pour partir à l’aventure dans le pays entier pour vaincre des rivaux mais bel et bien, sous la tutelle d’un professeur, prendre des photos pour le Pokédex. Ici, pas d’aventure en monde semi-ouvert ou de grandes explorations mais simplement de courts safaris agrémentés de quelques cinématiques pour instaurer un semblant d’histoire qui soyons honnêtes : n’apporte pas grand chose.


Il est question de Pokémon luminescents, de sources d’énergie et de légendes d’un ancien monde mais globalement le scénario n’est qu’un prétexte au postulat de base : photographier vos Pokémon préférés. Malgré tout il faut bien reconnaître que l’effort est fait de ce point de vue là et que le jeu ne se contente pas simplement de proposer des niveaux sans contexte mais une vraie petite aventure scénarisée qui devrait plaindre aux cibles principales : les fans de la série et les jeunes.

La place aux belles images

Parce-que oui, si vous aimez les Pokémon alors vous serez ravis : le jeu est magnifique. Si jusqu’à maintenant les RPG pêchent par leurs qualités graphiques pas forcément à la hauteur, New Pokémon Snap profite d’être un jeu assez vide niveau gameplay et interactions pour proposer une réalisation vraiment convaincante. Jamais les créatures n’ont été aussi bien rendues et c’est un plaisir que d’arpenter les divers décors.


Pour peu qu’on adhère au concept vraiment particulier, les créatures sont vraiment adorables et rendent parfaitement hommage à la licence. On peut réaliser de très belles photos et il n’est pas à douter que n’importe quel fan sera aux anges de pouvoir shooter son Pokémon préféré sous tous les angles. Disposants de nombreuses animations et d’un comportement propre à chacun, ceux-ci n’ont jamais eu une identité aussi forte. Peu habitués à les voir autant en mouvement, on finit par prendre un vrai plaisir à les contempler. Il est encore une fois dommage que les interactions soient au final si limitées.

Le chasseur d’images

Comme dit précédemment, le concept de New Pokémon Snap est simple comme bonjour. Armé de votre appareil photo, vous êtes donc propulsé à l’intérieur d’un vaisseau qui roule/vole/plonge sur des rails. N’espérez pas diriger le vaisseau ou sortir de celui-ci. Ce qui d’ailleurs reste assez regrettable car le jeu est un véritable appel à l’aventure mais hélas, vous serez en permanence soumis au parcours de votre véhicule.


Tout le concept repose sur une valeur : prendre des photos. Ainsi, vous passerez le plus clair de votre temps à observer à gauche et à droite votre environnement dans le but de prendre le meilleur cliché au meilleur moment. Le gameplay est très simple avec des fonctionnalités classiques mais efficaces. Il est par exemple possible de balancer des pommes pour attirer ou énerver certaines créatures, jouer de la flûte pour provoquer un événement ou encore lancer divers orbes qui déclencheront certaines actions surprenantes chez vos Pokémon préférés.

Scannez les tous !

Autre fonctionnalité et surtout la plus importante : le scan. Si Pokémon Snap est un jeu sur rail, il n’en reste pas moins débordant de secrets en tout genre dans l’environnement qu’il vous faudra trouver grâce à ce fameux scanner. Ainsi, vous pourrez débloquer de nouveaux chemins, découvrir de nouvelles zones ou encore mettre le nez sur des interactions à effectuer pour provoquer un événement. Au final, malgré le fait qu’il soit impossible d’interagir de manière directe avec les éléments du décors, le combo entre le scan et les orbes permets de rendre les niveaux assez dynamiques et avec le recul, la routine ne s’installe pas directement. Avec ses 7 îles et 23 niveaux regorgeants chacun de passages cachés, New Pokémon Snap n’est pas avare en contenu et même si le concept de prendre des photos peut paraître redondant, quand on prends le temps d’assimiler les mécaniques : on s’amuse plutôt bien.

La règle des tiers

Le but étant de prendre des photos, naturellement tout l’objectif du jeu repose sur ça. Si l’histoire principale ne vous impose pas réellement de prendre toutes les photos et que le minimum syndical suffit, il faudra s’y reprendre plusieurs fois pour venir à bout du carnet de photographies. En effet, chaque Pokémon dispose de 4 “poses” particulières qu’il faudra capturer au bout moment et surtout les provoquer avec les features détaillées ci-dessus. Evalués à chaque fin de session, vos photos seront notées sur divers critères mais généralement un seul prédomine pour la note maximale : la proximité. Vous voulez un rang platine ? Alors collez-vous à Pikachu et ça passera. C’est un peu vulgarisé mais dans l’ensemble, pour des raisons d’accessibilité le jeu n’est pas sévère sur la notation de vos photos.

Malheureusement, le soft souffre d’un énorme défaut qui est sa gestion des photographies. En effet, dans chaque session, le joueur est limité à UNE photo par Pokémon. Evidemment il est possible de prendre 20 captures d’un même Pokémon mais une fois le niveau terminé, vous serez confronté à un choix cornélien : laquelle garder. Si dans l’ensemble c’est compréhensible , c’est surtout une manière de gonfler artificiellement la durée de vie puisque par moments il est possible de remplir les 4 poses d’une seule session mais hélas, le jeu vous en empêche.

Ça va vite, très vite

Globalement, New Pokémon Snap dans son aventure principale se termine beaucoup trop vite. Même si les plus perfectionnistes chercheront à faire la photo parfaite et à remplir le Photodex, ça reste malgré tout du contenu superficiel. Comptez une dizaine d’heures pour découvrir l’ensemble des cartes et terminer l’histoire principale, ce qui reste extrêmement court pour un jeu avec un gameplay aussi peu profond au final. New Pokemon Snap est clairement un jeu “cocoon” à réserver pour de petites sessions mais n’est pas forcément réservé à tout le monde.

Le prix Pulitzer ?

Au final, que dire sur ce New Pokémon Snap ? Dans son ensemble, le jeu est loin d’être mauvais et regorge de bonnes idées. Pour un jeu sur rail, il arrive à proposer des éléments de gameplay assez sympathiques qui rendent les sessions moins lentes et monotones qu’elles ne laissent présager au premier abord. Cela dit, les limites se font vite ressentir et par moments le jeu peut vraiment frustrer. Entre certaines indications pas forcément très claires et surtout ce manque de liberté total, on se sent rapidement cloisonné autant au niveau de la prise de photos qu’au niveau de l’exploration. Là où le jeu tire sa force (et encore heureux) c’est bien évidemment sur la gestion admirable de l’écosystème Pokémon.


Avec 214 créatures disséminées au travers des îles et admirablement bien modélisées, le fan service est au rendez-vous et la magie opère. Comme dit plus tôt dans le test, c’est un jeu réservé à un public très précis et on regrettera un prix si élevé pour une expérience dont on fait le tour bien trop rapidement. New Pokémon Snap est un jeu à siroter de temps en temps et à en prendre la saveur occasionnellement, ce dont on n’a plus forcément l’habitude de nos jours. Mais si vous êtes fans absolu de la licence alors aucun doute sur le fait que vous prendrez plaisir à photographier vos petits monstres préférés !

About author
Sylar

Sylar

Sylar, 28 ans et fondateur de BreakingGame. J'écris sur la toile depuis ma jeunesse et je suis évidemment passionné de jeux vidéo. J'aime les œuvres poétiques, conceptuelles qui me permettent de voyager et de m'évader. A l'exception des jeux de stratégie, j'arrive à m'amuser sur tout ce qui se passe.

Your email address will not be published. Required fields are marked *